- Les Métaux -

Le tableau ci-dessus propose une classification des métaux les plus rencontrés en prospection, du bon conducteur d’électricité au mauvais.

 

Ce tableau ne prend pas en compte les alliages dont les propriétés électriques peuvent changer dans une très large mesure en fonction de la teneur d’un seul constituant de ces alliages ou de leur masse. Une classification fiable des alliages est donc impossible.

Les métaux ferreux étant de piètres conducteurs, ceux-ci seront discriminés en premier ; c’est cette propriété physique qui permet de dire que le détecteur est équipé d’un discriminateur entre métaux ferreux et métaux non ferreux.

 

On notera la proximité de l’or et de l’aluminium.

 

De nombreux prospecteurs pensent que l’or est un excellent conducteur électrique car il est employé en aéronautique ; il s’agit pourtant d’une affirmation erronée : l’or est en fait un piètre conducteur par rapport à l’argent, et ce métal est uniquement utilisé en électronique comme revêtement de contacts électriques car il ne s’oxyde pas, apportant donc une fiabilité accrue pour des circuits électroniques dotés de tels composants.

L’or reste donc relativement facile à discriminer au même titre que l’aluminium, ce qui est gênant pour la prospection en milieu pollué. On devra alors accepter de sortir un certain nombre de déchets en aluminium si on veut être sûr de pouvoir détecter un objet en or de petite taille.

 

De fait, lors de la détection d’un objet quelconque, il faut tenir compte des facteurs suivants :

- La forme de l’objet détecté, qui peut offrir une surface conductrice importante, propre à induire en erreur le système de discrimination. (Ce qui explique que de gros objets en fer peuvent être signalés comme étant non ferreux).

 

- La nature du sol, qui peut fausser l’analyse de l’objet considéré si la compensation des effets de sol du détecteur n’est pas correctement réglée.

 

- La présence des oxydes, qui entraînent parfois une modification des propriétés électriques des métaux en terre.

 

- La présence éventuelle d’un objet ferreux au voisinage d’un non-ferreux, l’objet ferreux étant capable, suivant sa grosseur, de masquer la présence du non ferreux.